Râmakrishna Paramahamsa,

de son vrai nom Gadâdhar Chattopâdhyâya est bengali,

né le 18 février 1836  et mort à Calcuta, 16 août 1886.

 Ramakrishna_at_studio

 

Râmakrishna (1881, Calcutta)

Il reçut une éducation rudimentaire à l'école primaire et  ne savait pratiquement pas écrire. Orphelin de père à 6 ans et reçoit, à 9 ans, le cordon sacré de la caste des brahmanes lors de l’initiation. Il accepte sa première obole (qui dans la tradition ne peut être reçue que d'un brahmane) de la main d'une femme de basse caste afin de remplir la promesse qu'il lui avait faite, s'érigeant dès lors contre les règles et préjugés de sa propre caste, manifestant une volonté d'agir à partir de ses propres intuitions.

À 21 ans, il devient prêtre responsable du culte quotidien dans un temple de la déesse Kâlî à Dakshineswar. Il déclare en avoir reçu une vision mystique, et cette expérience libératrice est déterminante. Il voit en Kâlî la Mère de l'univers. 

 Kali

Kali est, la déesse de la préservation, de la transformation et de la destruction,

le pouvoir destructeur du temps.

Kali est considérée comme la force qui détruit les esprits mauvais

et qui protège les dévots.

Elle est la parèdre noire de Shiva qui lui, couvert de cendres, est blanc ;

c'est le principe actif et extériorisé d'une divinité masculine.

Il revint ensuite à 23 ans à son village d'origine et sa mère l'oblige à se marier avec Sharada Devi(en), âgée de 5 ans seulement. Elle retourne chez ses parents et ne revient aux côtés de son époux qu'à l'âge de 18 ans. Ce mariage ne sera jamais consommé et son épouse est sa première disciple.

Quand Râmakrishna rencontre Tota Puri, un moine errant enseignant l'Advaita Vedânta, il fait table rase de toutes les conceptions de Dieu qu'il avait épousées jusqu'alors, pour se plonger dans la méditation sur « l'Absolu Qui n'a ni nom ni forme », selon l'enseignement des Véda développé par les Upanishad ; méditation qui selon ses propres dires était un réel défi, voire angoissante. Il préfère revenir à sa pratique familière de la dévotion (bakti).

Dévot de Kâlî, pratiquant donc la Bhakti et son universalité, il enseigna l'Advaita Védenta, professait que « toutes les religions recherchent le même but » et plaçait la spiritualité au-dessus de tout ritualisme. 

Il devient proche de l'Islam, auquel il est initié par Govinda Roy, un hindou pratiquant le Soufisme. Plus tard, il eut une vision de Jésus après avoir pensé constamment à lui plusieurs jours durant. Il s'est intéressé à toutes les grandes traditions mystiques et a déclaré avoir atteint l'Absolu à travers chacune d'entre elles, indiquant ainsi que pour lui, toutes les voies mènent à la même Réalité, une et indicible. (d'après Wikipedia)

 200px-Ramakrishna

Râmakrishna n'a rien écrit, mais un disciple du nom de Mahendra Nath Gupta (Master Mahashay) a tenu un journal qui fut publié sous forme de brochures, en bengalii, en 1897, intitulé « Sri Ramakrishna Kathamrita ». Ce même disciple proposa une version anglaise beaucoup plus concise : « The Gospel of Ramakrishna ». 

En 1897, onze ans après sa mort, son disciple le plus proche, Vivekananda, créa la « Mission Rāmakrishna » pour concrétiser le message de son maître en Inde et hors de l'Inde à travers l'existence d'écoles de spiritualité, collèges ou ashram. (d'après Wikipedia)

220px-EmblemRamakrishnaMission

Vivekananda a rendu hommage à son maître en ces termes : « Si je vous ai dit un mot de vérité, il vient de lui et de lui seul. Et si je vous ai dit beaucoup de choses qui ne sont pas vraies, qui ne sont pas exactes, qui ne sont pas bienfaisantes pour l'humanité, c'est de moi seul qu'elles viennent et j'en suis seul responsable ».

Swami_Vivekananda_at_Parliament_of_Religions

 Vivekananda au Congrès des Religions aux Etats-Unis.

Romain Rolland voit dans son enseignement « Le couronnement de trois mille ans de la vie intérieure d’un peuple de trois cents millions d’habitants » (chiffre de la population de l'époque).

Sri Aurobindo dit de lui : « Ce n’est pas avant cinq siècles au moins que le monde sera prêt à recevoir un autre Râmakrishna Paramahamsa. Il faut nous hâter de transformer en expérience la masse de pensées qu’il nous a léguées et de convertir en réalisation l’énergie spirituelle qu’il a lancée. Tant que nous ne l’aurons pas fait, de quel droit demanderions-nous davantage ? ».

A sa mort, Ramakrishna a déclaré qu'il reviendrait dans une prochaine réincarnation dans 200 ans...

David Thoreau, précurseur de la Religion Universelle, aux U.S.A.

Le gouvernement indien se dote d'un ministre du yoga, des médecines traditionnelles, de l'homéopathie et de l'ayurveda.

Chant indien à la Gloire de Kabir, l'humble tisserand de Bénarès, pour tous les Fidèles d'Amour.

L'Apôtre Thomas a aussi évangélisé la Chine : en témoignent les sculptures du "Mont du Prince Duc" près de Lianyungang en 68-70.