Paroles de Dominique Marie-Madeleine Galibert

extraitent de ses écrits rassemblés

par sa mère Mme Odette Galibert

dans Le livre de chair.

Voir : http://uniteterreciel.canalblog.com/archives/2016/10/29:

Dominique Galibert, une sainte du terroir contemporaine, à découvrir par ses écrits... 

Livre de chair3

© Photo p. 122.

 La maladie, même la plus grave, peut être un Chemin vers la Résurrection. En témoigne Dominique Marie-Madeleine Galibert dans Le Livre de Chair, où elle écrit :

« Aussi incroyable que cela puisse paraître, le cancer qui m’empêche à jamais d’être mère d’enfants issus de ma chair place ma vie sous le signe de la fécondité. Il m’a donné un long temps de désert où j’ai vraiment pu fêter dans ma chair la  Pâque du Seigneur..[1] » Et la fécondité spirituelle, qu’elle soit chrétienne ou prenne ses racines dans une autre tradition juste, est aussi une source de Joie...

Cette femme fait le choix de se consacrer entièrement à Dieu en choisissant la chasteté physique :

« Un jour ou l’autre, dans cette formidable aventure qu’est la virginisation intérieure, les péchés tombent d’eux-mêmes, comme des peaux mortes. Ils sont soudain démodés et on s’étonne presque qu’ils aient été si longtemps de tenaces compagnons.

Se laisser virginiser, c’est évoluer au rythme d’un danseur, s’ajuster à son pas, se laisser guider. Et le Christ est le danseur par excellence, celui dont l’oreille est la plus exercée à saisir cette musique intérieure qui ne demande  qu’à nous libérer... [2] »

 Et chacun peut répéter les paroles du Veni Creator Spiritus, en comprenant qu’il dépend de lui de « LAISSER DIEU LE GUÉRIR »:

« Viens, Esprit–Saint  en mon cœur,

Lave ce qui est souillé,

Baigne ce qui est aride,

Guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,

Réchauffe ce qui est froid,

Rends droit ce qui est faussé [3]... » 

`Mais par instant, comme Dominique devant le texte qui s’écrit, chacun peut dire : « Et c’est vrai que le texte devant lequel je suis me pose problème parce que je sens que je tâtonne devant lui comme une chauve-souris dans une pièce éclairée [4] » ! Alors, on éteint la lumière, la chauve-souris se calme, la Lumière intérieure se fait par la maîtrise du Souffle et le Haut Intellect s’ouvre...

 « Eh bien ! en fait, je crois que l’être humain et moi aujourd’hui, c’est une terre, c’est un cosmos en attente, alors, bien sûr, une terre un peu spéciale. C’est une terre qui perd le sens et donc c’est une terre qui est en attente de sens. [5] » Elle a profondément compris pourquoi Saint Jean affirme « Et le Verbe c’est fait Chair ».

 Subjuguée par l’extraordinaire beauté de notre Univers, Dominique, après avoir décrit la fabuleuse épopée de la Création, écrivait : « Mais ce qui me stupéfia le plus et porta mon ravissement à son comble, c’est de découvrir que l’Univers était une sorte de jardinier tenace, d’une ténacité de plusieurs milliards d’années ; un jardinier inventif aussi. Dans le jardin, trop rudimentaire à son début, des semis, puis des germinations de galaxies s’étaient alors produits préparant des floraisons successives d’étoiles... Nous portions en nous-mêmes les atomes créés au cœur des étoiles nées et mortes avant le soleil. Nous étions donc enfants des étoiles bien avant que naquit le Soleil après 10 milliards et demi d’années. Je réalisai que nous étions, au bout de quinze milliards d’années d’histoire cosmique, le centre de son jardin, c’est-à-dire la réalisation la mieux aboutie, en quelque sorte la plus belle fleur. [6] »

 « Eh bien ! en fait, je crois que l’être humain et moi aujourd’hui, c’est une terre, c’est un cosmos en attente, alors, bien sûr, une terre un peu spéciale. C’est une terre qui perd le sens et donc c’est une terre qui est en attente de sens. [7] » Elle a profondément compris pourquoi Saint Jean affirme « Et le Verbe c’est fait Chair ». Notre Terre dont nous devons tirer la Lumière... comme le fit le Christ en ressuscitant dans Son Corps de Gloire.

 Dominique témoigne ainsi en chrétienne de sa prise de conscience : « Je croyais que la résurrection “suivait” la mort. C’est faux. La mort est un “ELAN VERS” qui nous fait dans le Christ passer au Père. C’est alors que nous devenons ce que nous sommes, que nous devenons vraiment fils de Dieu et que nous NAISSONS VRAIMENT. Mort, résurrection, nouvelle naissance, non pas trois temps mais un seul et même mouvement de transformation. [8] »

 L’avenir de l’humanité est maintenant dans le Cœur des femmes, des mères… Ce que confirme Dominique :

« Les femmes sauveront la Terre,

Lentement, à petits pas, avec douceur et maternellement.

Avec des gestes humbles qui resteront gravés dans les mémoires... [9] »

 

[1] - Dominique Galibert, Le Livre de Chair, Edition Odette Galibert, Maison Sainte Claire, 12200 Villefranche de Rouergue, 2011, p. 140.

[2] - Ibidem, p. 191.

[3] - Cité dans, Le Livre de Chair, op. cit., p. 190.

[4] - Le Livre de Chair, op. cit, p. 69.

[5] - Ibidem, p. 98.

[6] - Idem, 2011, p. 47.

[7] - Idem, p. 98.

[8] - Idem, p. 102-103.

Madame Odette Galibert, sa mère, éditrice de ce livre, âgée de 92 ans,

a envoyé un exemplaire du livre au Pape François, à Rome

et a reçu de lui une réponse. Je donne copie d'une partie de la lettre qu'elle m'a écrite : 

Livre de chair1 - copie

Ce livre est diffusé par David Berger,

libraire itinérant dans l'Aveyron: davymail@wanadoo.fr

"Eglise de Jésus" à Setubal, et le "Cristo Rei" de Almada, Portugal.