Suite de : Les différents règnes : la passage du minéral au végétal

Le Passage du Végétal à l'Animal

D'Adam-Kadmon à Adam et Eve (AÎsha)

L’Homme Universel

« Il y a un Sourire qui se fait Dieu

lorsqu’il se manifeste.

Il y a de la Glace qui devient Feu

lorsque ce Sourire l’adombre.

Il y a une vie au-delà du Manifesté

qui est l’Amour qui nous unit. »

                                                 Karuna Platon[1].

Qui peut dire ce qu’était notre Être essentiel avant de projeter dans la matière lourde de cet espace-temps le corps-véhicule qui correspond à son incarnation en tant qu’être humain ? Attente de naître une première fois ? En attente de renaître, si nécessaire, dans la suite des temps ?

Les limbes, séjour des âmes

en attente d’incarnation

LimbesDomenico_Beccafumi_018

Descente du Christ dans les Limbes par Domenico Beccafumi,

Pinacothèque nationale de Sienne.

Le physicien Jean E. Charron explicite la première partie de cette affirmation, tout en se référant à une origine bien hypothétique de notre univers :

« J’ai vécu 15 milliards d’années. Car je suis né avec ces premiers électrons créés à partir de la lumière originelle, au début du monde. Mais (...) je suis demeuré bien longtemps “dans les limbes”, et [qu’] en fait je n’ai atteint que tout récemment le niveau de conscience qui caractérise le Vivant.[2] »

Que sont essentiellement ces limbes dont il est question ? Il est répondu : « Les Limbes, c’est “l’état-lieu” de la Matière où, en celle-ci, “l’Esprit, son Corps d’Intelligence” n’a pas encore pris forme, n’est pas encore incarné, mais en même temps le Lieu d’attente, expectation vivante de l’Incarnation de l’Esprit, Corps d’Intelligence de la Matière, la Voie d’expectation, …[3] » Platon le Karuna indique que cette âme séjourne dans les limbes avant un prochain réincarnement si elle n’est pas encore digne de rejoindre les « Planètes Bénies » de ceux qui sont délivrés à jamais des l’attraction de cet espace-temps et qu’Elle évoque dans le mantra :

« Couleurs méconnues des ondes magnétiques qui entourent les Planètes Bénies,

réchauffez de votre Vie les âmes mourantes de la Terre en détresse. »

A noter que « expectation » a un double sens. Le premier est : l’attente d’un événement ; il correspond alors à l’attente avant la première incarnation humaine. Dans son second sens, en médecine, « expectation » signifie : observation de l’évolution d’une maladie sans intervenir en laissant faire la nature. Il peut correspondre à l’âme en attente de réincarnement, ne pouvant du fait de ses maladies, faire retour à l’Originel. D’où l’importance sans cesse rappeler de « mourir guéri » !

Déjà, pour le pythagoricien Petron, il y avait de nombreux mondes[4]. Beaucoup d’âmes « attendent le temps de renaître sur terre selon la théorie pythagoricienne.[5] » « Certaines restent dans l’au-delà et deviennent des âmes pures ; certaines, après mille ans (ceci vient de Platon) sont nettoyées dans le Léthé et ensuite renvoyées à la vie et à de nouveaux jugements.[6] » Le Purgatoire, ce sont alors les limbes où se retrouvent les âmes en attente de réincarnation. Qui peut comprendre ? Seul l’Esprit…

LimbesMantegnaDescentLimbo

Jésus dans les Limbes par Andrea Mantegna.

Emil Cioran, philosophe, exprime son pessimiste dans De l’inconvénient d’être né, et, regrettant la paix des limbes, écrit : « N’être pas né, rien que d’y songer, quel bonheur, quelle liberté, quel espace ! »… et quelle imagination fantasmatique !

Quitter cet “état-lieu », pour prendre “forme » humaine nécessite de recevoir l’In-formation, c’est alors « la matière individuelle elle-même qui reçoit les informations de l’ensemble de la Matière.[7] »

De réincarnement en réincarnement l’âme humaine élève son niveau de conscience jusqu’à l’ultime Saut dans l’In-connu : Vivre dans ce parcours qui représente une Unité de Vie avec ses alternances mort - Bardo - réincarnement- mort… toute les expériences pour l’Expérience finale qui est Naissance. La succession des incarnations sur Terre constitue une Unité de Vie, de l’Alpha de la première naissance à l’oméga de la dernière mort du corps physique, lorsque la métamorphose est accomplie, lorsqu’on est « Acquitté de sa dette à la Matière ».

« L’Âme a ses fins, c’est de pouvoir, à travers le corps, véhiculer l’être à sa destination en Esprit.[8] »

Tout homme incarné est-il condamné à être dans la contradiction ? « Si Jésus est un homme, il a ses contradictions. C’est évident. Sinon, il n’est pas incarné, charnel, humain.[9] », affirme Françoise Dolto qui ne conçoit pas qu’il puisse en être autrement. Ne doivent-elles pas, ces contradictions être dépassées pour vivre la réconciliation des opposés, l’“Unité Duelle” ? Que d’évidences qui ne sont qu’enfermement dans nos limitations !

L’incarnation est pour l’apprentissage de la Matière. Les leçons de choses sont données pour que la forme du “Je” de chacun se transcende par et pour l’Être amené à élaborer son “Corps Glorieux”, un Corps à la Gloire de la Vie véritable :

« En vivant et en découvrant chacun vos propres possibilités vous pourrez parvenir à Connaître. Vivre, Aimer et dire comme Jésus : “Aimez-vous les uns les autres” sans différenciation, car vous êtes tous issus de l’Unique, et Uniques vous êtes, chacun dans votre différence.[10] 


 [1] - Karuna Platon, L’Instruction du Verseur d’Eau, Nice : Les Editions de la Promesse, 2000, p. 109.

[2] - J’ai vécu quinze milliards d’années, p. 155. 

[3] - L’Articulation du Monde, Les Editions de la Promesse, 1999, p. 61.

[4] - Le Moulin d’Hamlet, p. 246.

[5] - Le Moulin d’Hamlet, p. 238.

[6] - Le Moulin d’Hamlet, p. 238.

[7] - Platon le Karuna, Le Livre Précieux de la Vie et de la Mort, Les Editions de la Promesse, 2006, p. 79.

[8] - Ibidem, p. 17.

[9] - F. Dolto et G. Sévérin, L’Evangile au risque de la psychanalyse, tome II, Editions Universitaire, 1977, p. 83.

[10] - Nouvelle Lettre ouverte à l’Ami sur le Chemin de la Vérité, Les Editions de la Promesse, 2003, p. 14.