Energies terrestres et célestes

08 décembre 2017

Le Filage chez les femmes Kagadas de Colombie : Appel à l'aide

Préserver le savoir des femmes Kagabas (Kogis)

par Tchendukua - Ici et Ailleurs

F931D49E-C528-4F27-AFB9-22309FFA0448

 

Faire un don

Sauvegarder et renforcer les connaissances ancestrales des Kagabas (Kogis) à travers le tissage dans les hautes montagnes de Colombie

Présentation du projet

Conçu par Judith Nuvita, femme leader du peuple autochtone Kagaba (kogi)*, dans la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie), le projet vise à contribuer à préserver sa communauté de Mulkuakungui de l'acculturation, en faisant vivre l'un des savoir-faire ancestraux de la culture kagaba (kogi) : la pratique du tissage.

Les Kagabas (Kogis)* et la Sierra Nevada de Santa Marta

Au nombre de 20 000, les Indiens Kogis, ou Kagabas, vivent repliés dans les hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta, massif le plus haut du monde en bordure de mer. Héritiers de la civilisation précolombienne Tayrona, sans rupture historique depuis 4000 ans, ils tentent de préserver les grands équilibres de la terre dont ils se considèrent les gardiens. Peuple de sages et de philosophes, les Kagabas connaissent une vie spirituelle intense. Plus qu’une simple montagne, la Sierra Nevada représente à leurs yeux le "Cœur du Monde", la Terre Mère qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur civilisation.

Les Kagabas ont jusqu'ici su préserver leur culture, basée sur le respect et la recherche d'équilibre et d'harmonie avec les autres et avec la nature. Mais dans certaines communautés proches des villes, il existe aujourd'hui un risque de voir les connaissances ancestrales disparaître. C'est le cas de la communauté de Mulkuankungui, où sera mis en œuvre le projet.

Le tissage dans la culture Kagaba (Kogi)

Le tissage est central dans le système de pensée des Kagabas : c'est un moment de réflexion profond et de recherche d'harmonie. S'il se perd, une grande partie de la philosophie de vie kagaba risque de disparaître avec lui. Le tissage concerne à la fois les hommes et les femmes. Les femmes tissent pour leur mari des petits sacs qui sont symboles de vie, de fertilité et d'union, avec des couleurs différentes qui représentent les différentes lignées et familles d'origine. Les hommes construisent les métiers à tisser et filent le coton.

C3FBE85A-1C01-4E4C-A3D0-42F67C373181

Contribuer à sauver les Kagabas (Kogis) de l'acculturation...

  • C'est aider à raccorder le passé au présent et au futur. Si les traditions des Kagabas leur ont permis de vivre pendant des millénaires et d'être toujours présents, c'est qu'elles sont porteuses de valeurs fortes et durables, de sens.
  • C'est oser penser que la pensée différente que les Kagabas portent peut nous inspirer et nous amener à davantage de respect et de fraternité.

A quoi servira l'argent collecté ?

  • Construire une maison traditionnelle "Malkua" pour l'apprentissage du tissage ancestral dans la communauté de Mulkuakungui
  • Fournir les matières premières et le matériel nécessaires à l'élaboration des tissus traditionnels dans la maison de tissage "Malkua"
  • Consolider les connaissances des familles et des jeunes étudiants 
  • Réaliser des discussions traditionnelles éducatives sur le tissage ancestral avec toute la communauté de Mulkuakungui, y compris des jeunes étudiants.

L'association Tchendukua - Ici et Ailleurs

Le projet est porté par l'association Tchendukua-Ici et Ailleurs (http://www.tchendukua.com). Créée en 1997 par Eric Julien, Tchendukua-Ici et Ailleurs intervient auprès des sociétés "racines" pour leur permettre de : 

  • Préserver ou retrouver leurs territoires ancestraux
  • Faire vivre et transmettre leurs connaissances traditionnelles
  • Développer des démarches spécifiques de reconstitution de la biodiversité....  
  • Extraits de :

https://www.helloasso.com/associations/tchendukua-ici-et-ailleurs/collectes/preserver-le-savoir-des-femmes-kogis-kaggabas 

http://sens-des-entrelacs.wifeo.com - L'Art du Tissage de toutes les Matières


01 décembre 2017

Daniel Tammet, atteint du syndrome Asperger, hyperpolyglotte anglais, auteur de "Je suis né un jour bleu"

Daniel Tammet

"Daniel Tammet, né Daniel Paul Corney le 31 janvier 1979 à Barking, est un écrivain, poète et hyperpolyglotte anglais atteint du syndrome d'Asperger. Le 14 mars 2004 , il récita les 22 514 premières décimales de Pi en 5 heures, 9 minutes et 24 secondes." (Wikipedia)

Pi = 3,1416... Combien de milliards de chiffres après la virgule a-t-on pu calculer ?Il vient de faire paraître 

"Je suis né un jour ble, cerveau extraordinaire, savant,

à l'intérieur du cerveau extraordinaire d'un savant autiste"

Bleu

"Vous n'avez pas besoin d'être handicapé pour être différent,

car nous sommes tous différents."

Daniel Tammet à "Salut les terriens" - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=JLk68GlpAjk
9 mars 2009 - Ajouté par laconikblog
Interview de Daniel Tammet dans l'émission "Salut les terriens" du 7 mars 2009 -- ------------- Daniel Tammet ...

Daniel Tammet autiste asperger, est aussi doué pour les langues que pour les chiffres. Il parle dix langues, dont le lituanien et le gallois, et il a inventé sa propre langue, le mänti, qui compte environ 1 000 mots et qui s’inspire des langues scandinaves.

Alors après avoir consacré son dernier livre à la poésie des nombres, il nous dévoile dans Chaque mot est un oiseau à qui l’on apprend à chanter ( éditions des Arènes, sortie ce 18 octobre)  les secrets du langage. 

Quinze chapitres qui mêlent autobiographie et réflexions sur ce que dit le langage de nous et de notre humanité... 

Son site internet d'apprentissage des langues : 

http://www\.optimnem\.co\.uk/

Tammet Mots

"Il était une fois, dans une banlieue de Londres, un enfant autiste dont la langue maternelle était les nombres… Daniel Tammet se souvient de ce langage numérique qu’il comprenait mieux que celui de sa famille. 

Aujourd’hui, ce polyglotte capable d’apprendre l’islandais en une semaine nous propose un voyage dans l’univers des langues et de ceux qui les parlent, les inventent ou les étudient."

"La secte des nombres", un livre à la gloire de Pythagore et de son théorème par Claudi Alsina.

http://langue.des.oiseaux.free.fr/

http://nombres-premiers-et-symphonie.wifeo.com

28 novembre 2017

Cri d'alarme dans la vallée de la Drôme...

De la part de Corinne Morel Darleux

Envoyé : dimanche 26 novembre 2017 13:02
À : CT Rass Drôme
Objet : [ct-drome]
Cri d'alarme sur notre vallée de la Drôme.
 
"Bonjour,

Je me permets face aux enjeux, notamment suite à l’annonce de la fermeture maternité chirurgie à Dieu au 1er janvier, de vous adresser ma contribution sous forme d'un billet qui revient sur trois exemples concrets dans notre vallée : l’hôpital de Die bien sûr, l'école de Sainte Croix et la ligne de train Valence-Veynes.

Dans ma vallée il y a des trains, des écoles, un hôpital. C'est ce qui fait qu'on est reliés, que des gens viennent s'installer, qu'on nait, circule, apprend, grandit dans la vallée.
Supprimer une école, des trains, la chirurgie et la maternité, c'est condamner à terme toute la vallée. Bien loin des grands discours sur la ruralité. C'est pourtant ce à quoi on risque d'assister.
Trois exemples, trois combats à relayer." 
- sur mon blog : http://bit.ly/2A7lpkr
- sur facebook : http://bit.ly/2hRvW95

Merci de vos relais, amicalement

Corinne MD 
écosocialisme intégral (graines, fleurs et épines)
www.lespetitspoissontrouges.or

DPjlMF_XUAUoNe1

La spiruline, une vraie solution pour la malnutrition dans le monde

"Terres Fertiles" bios, pour la protection du Plateau de Saclay del'urbanisation

Kerterre : construire avec des matériaux naturels : CHANVRE, CHAUX, BOIS, 

21 novembre 2017

Stocker l'énergie solaire des panneaux solaires au moindre coût.

Une invention sérieuse et prometteuse pour résoudre

les problèmes énergétiques de la planète

de manière non polluante:

Voir la vidéo :

Une solution béton pour stocker l’énergie solaire à faible coût | André Gennesseaux | TEDxParisSalon

https://www.youtube.com/embed/N2u6EDwumdQ

de notre correspondante Françoise D.

"A diffuser largement pour protéger cet ingénieur...

Une découverte prometteuse Incroyable !!! ...  A REGARDER ABSOLUMENT !!!
Pourvu que ce Monsieur ne dérange pas trop de monde...et qu'il n'ait pas un "fâcheux accident" !!!
 
Ça laisse rêveur …

 Ça parait tellement inattendu…

...

Espérons que cet ingénieur pourra résister aux nombreuses pressions auxquelles il ne manquera pas d'être soumis.
Ses explications sont claires, courtes et convaincantes. "

Panneaux solaires

Il s'agit d'une invention pour stocker l'énergie solaire des panneaux à très bas coût.


L'Association Têt-Tshuapa aide la population de Bokungu en République Démocratique du Congo.


Quelques conseils pratiques tout azimut pour résoudre les petits problèmes de l'existence !


15 novembre 2017

"Message de remerciement des Sages Kogis" de Colombie pour le Rachat de leurs Terres ancestrales

 Les Kogis de Colombie,

Gardiens de la Sagesse ancestrale des Amérindiens

"Message des Kogis"

 

Kogis

 

 par Marie-Hélène Straus, Présidente de Tchendukua

Se rendre sur les terres Kogis n'est pas chose simple. Après 8 années de contribution au développement de Tchendukua, c'est en tant que Présidente que je suis allée les rencontrer chez eux, pour la première fois. Fouler la terre de Mendihuaca, lieu d'un projet fou lancé en 2012, quand ensemble nous avons pris le pari, jamais tenté, de rendre une vallée entière aux Kogis, fut un moment de fortes émotions. Etre accueillie par les sourires des 37 familles qui, grâce à vous, habitent maintenant ces lieux, a effacé d'un seul coup les efforts fournis pour en arriver là. 

L'occasion de vous transmettre, en direct, le message qu'ils m'ont chargée de vous communiquer : 

"Les hommes et les femmes qui sont ici sont contents et remercient Tchendukua. Ils se rendent compte du travail réalisé depuis des années pour récupérer les terres.

La récupération des terres, pour nous, c'est aussi permettre à la nature de revivre. Maintenant nous pouvons aussi manger le gibier de ces terres, et non plus acheter poules, cochons et vaches. Il faut continuer cette vallée."

Les Kogis sont bien dans cette vallée !

S'il en était besoin, ils m'ont confirmé que nous mobiliser, tenter chacun à notre niveau de trouver les ressources nécessaires pour poursuivre ce projet en valait la peine ! Ils comptent sur nous, pour vivre en paix et en harmonie dans une vallée, sans rien demander de plus que pouvoir être là où la nature les a toujours accueillis.

Merci à tous, du fond du cœur, pour ce que vous avez permis et tout ce que vous allez faire pour poursuivre l'histoire. "


 

KOGIS371

"Exposition Tchendukua"

lors des Rencontres de la photographie d'’Arles - juillet/septembre 2017

 
"Ce sont 70 photos d'Eric Julien qui ont été exposées dans la cave Méjan, sous les éditions Actes Sud à Arles. Sélectionnées par Françoise Callier, commissaire de l'exposition et acheteuse de la première terre à la naissance de Tchendukua, elles ont permis de voir les Kagabas (Kogis) dans leur lieu de vie, de mieux découvrir leur mode de pensée au delà de l'idée que chacun peut s'en faire. On a pu également regarder le film qui tournait en boucle "Gentil Cruz, passeur de mémoires", réalisé par Philippe Brulois (prix Rigoberta Menchu à Montréal en 2016, disponible sur notre site) ..."

 

Bakhita, de l'esclavage à la vie monastique et à la sainteté

 Bakhita,

une vie d'esclave soudanaise

enlevée par des négriers musulmans

qui, achetée maintes fois et revendue, 

trouve le Chemin du Christ en Italie...

Bakhita1

 Toute la vie de Bakhita, ravagée très jeune par les tortures de l’esclavage, enlevée à neuf ans à sa famille et oubliant jusqu’à son nom. Elle reste liée au souvenir de sa sœur jumelle enlevée deux ans plus tôt sous ses yeux par des négriers qui incendièrent ensuite le village pour ne pas être poursivis.

esclaves1  esclaves3

Rachetée par un honnéte homme, un consul italien qui l’emmène avec lui en Italie, elle va pour devenir sainte Bakhita, moniale d’un ordre religieux recueillant les orphelins pauvres. Mais toujours son chemin est un chemin de souffrances souvent atroces. Ayant perdu toute mémoire du nom que son père lui adonné, toute mémoire du nom de son pays, n’ayant aucun savoir, elle a toujours, tout au long de son calvaire et de sa rédemption, écouté son intuition.

esclaves2

C’est un exemple extraordinaire de comportement. Durant toute sa vie, elle a fonctionné sans aucun savoir, par intuition, par le ressentir du cœur, par la compassion, sans jamais juger ses bourreaux, les bourreaux qu’elle retrouve à toutes les étapes de sa vie.

Sa connaissance vient du Cœur !

« Elle ne dépend pas du savoir, mais de l’exercice de facultés intuitives, supérieures aux facultés cérébrales, émotives et sensorielles, et qui permettent la prise de conscience (ou connaissance directe) par l’identification du sujet avec l’objet de sa recherche. [1] »

Les atroces souffrances de son enfance d’esclave, livrée qu’elle a été depuis son enlèvement aux coups, aux tortures, aux viols, à la faim, aux chaînes pesantes, aux marches forcées dans les déserts, enchaînée, voyant mourir tous les plus faibles et les plus vieux, abandonnés sur la piste...

Souffrance d’être sans arrêt achetée, vendue, évadée et reprise, soumise à tous les caprices de ceux dont elle est la propriété et qui se font servir d’elle.... Même prise en charge par un consul italien compatissant, elle sera cependant traitée en Italie comme un servante par la femme d’un ami du consul à qui elle est donnée et qui se juge propriétaire de cette esclave...

Sa patronne la place quelque temps chez les religieuses canossiennes.

Mais, analphabète, sachant se soumetttre toujours au pire pour survivre, parlant difficilement mais s’adaptant à toutes les langues, elle fait preuve par deux fois d’une audace et d’un courage étonnant : lorsque le consul retourne en Italie, elle le supplie de l’emmener, et il cède. Lorsqu’elle est chez les religieuses et que sa patronne veut la reprendre, Bakhita refuse. Il faudra un procès pour qu’elle obtienne sa liberté de rentrer dans les ordres...

« Je veux Dieu », dit-elle au Cardinal et aux juges.

Elle fera instruite dans la foi chrétienne, baptisée et, quelques années plus tard, prononcera ses vœux  définitifs incluant l'obéissance.

Alors, elle obéira à ses supérieurs en tout, quoi qu’il lui en coûte...

Intérieurement, elle est au Christ d’une façon absolue. Il est le Père enfin retrouvé...

Aimée de tous, on lui donne le surnom de Petite Mère Noire (Madre Moretta). Elle disait : «Soyez bons, aimez le Seigneur, priez pour ceux qui ne le connaissent pas. Voyez comme est grande la grâce de connaître Dieu. »

Mais le peuple italien, qui voit pour la première fois une femme noire, la regarde dans un premier temps comme une diablesse cette femme noire, la touche pour voir si son noir ne déteint pas, lui jette des pierres... pour finir par l’adorer !

Elle connaît la misère du petit peuple et retrouve vite les mêmes malheurs  de pauvreté, de faim, de situations terribles chez les orphelins recueillis par les sœurs, et les vieillards abandonnés, les mendiants, les vagabonds, les travailleurs miséreux... en face de l’égoisme des riches.

Et cette misères s’accroît avec la première guerre mondiale, plus encore avec la seconde où meurent des milliers d’italiens après leur défaite face à aux autrichiens, dans les Alpes. Les vaincus sont fusillés pour désersion, les prisonniers abandonnés  mourront de froid dans les montagnes. Il y a la montée du fachisme. Et c’est cette fois les juifs qui sont pourchassés et traités comme elle le fut au Soudan.

Alors les sœurs l’obligent à leur raconter son enfance, ses malheurs, ses souffrances d’esclaves. Elles en feront une publication par épisodes dans leur revue, puis un livre qui aura un succès immense, mais qui la brise. Elle ne comprend pas pourquoi, mais elle obéit. Et son Ordre religieux l’utilise. Elle est promenée de ville en ville pour récolter de l’argent afin d’envoyer des missionnaires en Lybie, en Ethiopie, dans ces pays que les troupes de Mussolini conquièrent par la force en utilisant même le gaz moutarde. L’obsession de convertir... par tous les moyens.

Puis c’est la seconde guerre mondiale, avec les bombardements qui multiplient les exodes et la misère...

Sans fin, partout, les mêmes crimes, les mêmes misères... Et cela continue encore de nos jours...

A travers cela, elle revit continuellement les drames de son enfance, de son adolescence massacrées...

« Après une longue et douloureuse maladie, et une pénible agonie où elle revivait les jours de son esclavage en murmurant : Lâchez mes chaînes, elles me font mal”, elle s'éteint le 8 février 1947 en invoquant : “Notre Dame ! Notre Dame ! (2) »

Sur terre : « La scène du théâtre terrestre est pour l’instant animée d’acteurs-marionnettes qui s’animent au gré du vent, poussés et tirés par les chevaux au gré de la Force-Violence de la dualité qui agit en elle et dont personne ne pense à se défendre véritablement... [3] »

 olmi_bakhita

Bakhita3

Le livre de Véronique Olmi est un chef d’œuvre littéraire, mais aussi un chef d’œuvre  de compréhension juste. Elle sait de source sûre ce qu’est la souffrance de l’esclavage négrier, mais aussi la souffrance d’être servante esclave en Italie, et d’être esclave de l’obéissance consentie à la Mère supérieure du couvent.

Nous ne pouvons plus, avec les connaissances actuelles, négligés la réalité de ce qui est couramment appelé « les vies antérieures ». Nous avons tous été au cours de notre vie, qui inclut un grand nombre de réincarnations [4], esclavagiste et esclave, bourreau et victime ; nous  avons vécu toutes les facettes de l’humanité, les pires comme les meilleures. Même si nous n’en avons pas conscience, cela est inscrit dans notre mémoire cellulaire qui s’impose parfois à nous, même inconsciemment... Lorsque cette mémoire remonte dans l’imagination d’une écrivaine, cela donne à son récit une authenticité particulière... 

Mais le plus atroce, au long de son parcours de religieuse, c’est ce que vécut Bakhita  par obéisssance à ses supérieures qui la considèrent parfois, malgré ses souffrances et ses refus intérieurs, comme un moyen au services des missions, quitte à en faire une bête curieuse, sans aucun respect de sa dignité... pour le bien... du fascisme, des conquêtes coloniales, de la déculturation des peuples noirs jugés sauvages... Ils en firent une marionnette !

 Que nous dit la Source de tout Amour ?

« Je n’ai pas créé des marionnettes que Je tire avec un bout de fil,

ceux-là ne sont pas mes enfants... mais sache que :

Je me re-connais dans tous tes états, dans toutes tes imperfections

et que Je monte avec toi vers la Perfection Ultime... » (5) 

C’est le seul Chemin pour accéder à sa Destinée, la Vie Éternelle.

 [1] - Schwaller de Lubicz, Her-Bak “Disciple” de la sagesse égyptienne, Flammarion, 1956, p. 413.

[2] - Wikipedia. Voir la vie de sante Joséphine Bakhita sur cette encyclopédie ou ailleurs.

[3] - Karuna Platon, Les Sons de Dieu, Les Editions de la Promesse, p. 140.

[4] - Voir : Ervin Laszlo. Avec Antony Peake, Nous sommes tous donc Immortels. Les preuves scientifiques de la survie de la conscience après la mort, Guy Trédaniel éditeur, 2017. Egalement : Omraam Mikhaël Aïvanhov, Noël et Pâques dans la tradition initiatique, Editions Prosveta, 1985, où il fustige avec humour la croyance en la résurrection de la chair à la fin des temps. chap. «  La Résurrection et le Jugement Dernier ».

(5) - Les Sons de Dieu, op. cit., p.142, 

Les horreurs de la Traite des Noirs montrées dans toutes leurs cruautés...

"Chocolat Blues", interprété par Gora Diakhaté, de la Cie "ALIHOsA", un spectacle unique sur les racines du racisme.

Pétition pour demander au pape François la révocation des bulles papales de 1455 violant les droits des peuples autochtones

La conversion d'André Levet,gangster converti en prison par la vision du Christ

01 novembre 2017

François Dor: un mythe des peuples Taï de Chine et d'Indochine expliqué par la mémoire foetale.

          François Dor, auteur de "De l'ancien monde",

et de "Pourquoi? La vie mythologique",

interprète de nombreux mythes par les souvenirs

que les humains gardent dans la mémoire cellulaire

de leur vie fœtale, cet autre monde...

Article publié dans le mensuel francophone de Thaïlande "Gavroche".

http://www.gavroche-thailande.com

 Une explication des mythes.

nghĩa_lộ

La vallée de Muong Lo  

Muong Lò – berceau de la culture des Thai noirs | VIETNAM ...

Les mythes décrivent la création du monde, les actes des premiers humains.
Mystérieux, ces récits semblent échapper à la raison et rester indéchiffrables. Cela est d’autant plus perturbant qu’ils constituent notre fondement, notre mémoire première. Cependant, basé sur cette science récente qu’est l’embryologie, un nouveau point de vue sur ces récits fondateurs montre qu’ils figurent la mémoire fœtale de l’embryogenèse. L’illustre cette courte série d’articles sur des mythes d’Asie du Sud-Est.

Originaires du sud de la Chine, Taï-noirs et Tai-blancs forment un groupe ethnique de langue thaïe, non converti au bouddhisme, vivant principalement au nord-ouest du Viêt-Nam, mais aussi au Laos, en Thaïlande et en Chine. Le sinologue Henri Maspero a recueilli sur place leurs légendes, en Annam, au début du XX° siècle.

Pays_Taï

« Les Taï-blancs de Phu-qui racontent, qu’à l’origine, la terre et le ciel étaient tout près l’un de l’autre, si bien qu’en pilant le riz, les femmes frappaient le ciel de leur pilon, et que les bœufs en marchant le frottaient de leur dos : les hommes gênés demandèrent que le ciel s’élevât et il prit sa place actuelle. »
« Chez les Tai-noirs de Nghia-lo, après avoir décrit le monde habité par des êtres humains qui n’étaient pas encore les ancêtres des hommes d’aujourd’hui, au temps où le ciel était si bas que les bœufs le touchaient de leur bosse, et qu’en pilant le riz, les femmes le touchaient de leur pilon, il vient à la création des hommes actuels : celle-ci commence par une inondation. »1


Ces récits nous paraissent étranges. Aucune explication plausible de ces mythes n’a pu être fournie. Et comme sur tout ce qu’ils ne peuvent expliquer, les chercheurs ont jeté un voile pudique sur ces textes, relégués au fin fond de quelques rares bibliothèques d’érudits.

Pourtant, ces récits, ces mémoires existent bien. L’humain, ici les Thaïs qui les rapportent, en font même le fondement, le début de leur existence.
Au fondement, au début de l’existence de tout être humain, se trouve son embryogenèse, sa vie fœtale. Or il existe depuis quelques années une nouvelle lecture des mythes. Ceux-ci figureraient inconsciemment une mémoire fœtale de la vie utérine. Selon le compte-rendu d’une expérience embryonnaire subie par un psychiatre, « la génétique, la biochimie, la mythologie et l’histoire de l’évolution lui semblaient inextricablement mêlées, représentant différents aspects du même phénomène.2 »

DorFœtus

Fœtus humain à terme dans l’utérus :

«  Le ciel était si bas que les bœufs le touchaient de leur bosse. »

Souvenirs de la vie du fœtus, ce nouveau point de vue nous révèle que ce bœuf qui frotte le ciel de son dos figurerait le fœtus qui frotte la membrane utérine de son dos, que ce pilon qui touche le ciel figurerait le cordon ombilical qui touche la membrane utérine, que l’inondation originelle figurerait la chute des eaux amniotiques à la naissance.

« A l’origine, la terre et le ciel étaient tout près l’un de l’autre », à l’origine, la vie était utérine jusqu’à la naissance, « l’inondation », le « ciel qui s’élève et prend sa place actuelle ».

Ce « pilon qui touche le ciel » ne constitue pas la seule réminiscence du cordon ombilical dans les mythes (c’est-à-dire dans les souvenirs du fœtus) d’Asie du Sud-Est, loin de là. Nous rencontrons également une liane; une liane d’une grande hauteur qui jaillit d’un étang; une liane dont tous les hommes font leur nourriture quotidienne; une liane, qui, abattue, permet au territoire d’être exposé à la lumière (c’est la naissance); un lotus; un pilier de feu; un arc; un pont de rotin; un lien; ou encore, le fameux serpent naga, gardien du monde souterrain, réminiscence du monde utérin.

François Dor francdor@yahoo.ca

francoisdor.over-blog.com

1 – H. Maspéro, Légendes mythologiques dans le Chou-King, Journal Asiatique, janvier-mars 1924, pages 96 et 65.

2 – S. Grof, L’esprit holotropique, éditions du Rocher, 1996, page 161.

De formation juridique, François Dor a consacré plus de vingt années à la rédaction d’un livre sur cette découverte fondamentale des mythologies, mémoires de la vie fœtale.

François Dor publie "Pourquoi ? La vie mythologique", suite de "De l'ancien monde" : les mythes expliqués par la vie foetale.

L'Âge d'Or ancien a laissé des traces décryptables dans les anciens mythes saturniens liés à l'observation des planètes.

 Les traces de la Tradition orale de l'homme "archaïque" pour ses connaissances astronomiques dans les mythes et les légendes.

17 octobre 2017

La géobiologie utilise des S.C.A.P. dont les effets très positifs.

 Les S.C.A.P., symboles compensateurs d’André Philippe

"Les symboles compensateurs d’André Philippe,

plus connus sous le nom de S.C.A.P.

sont des dessins qui émettent une onde de forme permettant

d’annuler certaines perturbations d’ordre géobiologique

ou électrique ou d’un autre ordre, c’est-à-dire abstrait. 

Les S.C.A.P. sont des symboles en diffusion libre, c’est-à-dire gratuits..."

https://geobiologie-sante.com/.../les-scap-symboles-compensateurs-dandre-philippe/

« Le SCAP serait un symbole qui, une fois dessiné sur une feuille de papier, protégerait des ondes nocives. Entre autre, il servirait à rectifier le tellurisme propre à un bâtiment pour obtenir un habitat, non pas simplement « neutre », mais vraiment positif. Parmi toutes les suggestions trouvées, on recommande d'en coller un peu partout à l'aide d'un ruban double face : et pour ne citer qu'un exemple, on préconise tout ce qui touche à l'alimentation électrique : compteur électrique, réfrigérateur, cuisinière, four, ultra ondes, plaque électrique, radiateurs, poste de télévision, ordinateur, clavier, unité centrale, imprimante, console de jeux, radios-réveils, ampli et tuner, poste de téléphone, portables (le coller sur la batterie), télécommande, lampes, lampes de chevet, etc. »
"Dans la revue MIR, le chercheur André Philippe,  qui a étudié les nombres bénéfiques, le pouvoir des chiffres et leurs symboles, explique comment il a transformé sous une forme graphique le nombre 2,33 (7 divisé par 3) tout en expliquant que ce S.C.A.P. avait une puissance considérable de compensation et, dès lors, qu'on pouvait l'utiliser de différentes façons comme moyen de protection personnelle, ménagère et pour une habitation..."  
https://sites.google.com/site/laportesecrete/la-radionique/le-s-c-a-p
 
Voici quelques exemples de S.C.A.P :
SCAP_2        SCAP_4  

SCAP_3    grafico-radiestesia-scap

 Un ami géobiologue me confie :

"Je me sers parfois de procédés assez incroyables pour soigner, guérir, neutraliser dans certain cas et seulement avec des plans et des dessins correspondant à de la radionique, mot courant en géobiologie.

Le plan que je vous  envoie en pièce jointe correspond à un dessin ou l'on voit un plan et par dessus un scap utilisé en géobiologie.

Le problème en question:  Un élevage de vache du coté de Lyon lié a une antenne Orange récemment installée. L'éleveur ne pouvant vendre sont lait car de mauvaise qualité après contrôle .

Depuis l'installation et l'activation de ce dessin et une ceinture éthérique de protection autour de l'antenne Orange , les vaches ce sont remis à faire du bon lait. A vous bien sur je peux l'expliquer mais certainement pas à tout le monde.

Ceci à été fait à distance ; parfois j'ai du mal à comprendre, je fais juste confiance à mon intuition, c'est inexplicable mais le résultat est bien réel."

scap_011

 

Il faut souligner que se sont des animaux qui n'on aucune conscience de ces choses là qui en bénéficient. Donc quand on harmonise un lieu , c'est tout le vivant qui en profite, que ce soit les plantes, les animaux ou les humains. C'est essentiellement " pour le bien du vivant ".

 

Il me précise : " J'agis avec de  l'intuition , mais surtout avec le pendule pour avoir un résultat le plus efficace possible sur le plan précédent le scap est en direction de l'antenne orange."

 Et encore : "On utilise plutôt les scaps pour neutraliser les ondes négatives telluriques et il faut les placer avec une orientation précise également. Pour ma part, je place la croix d'Apollon couleur arc-en-ciel sous mon ordinateur." 

IL me précise encore qu'il "les oriente au pendule. On peut les coller partout avec du scotch double-face."

Croix d'Apollon 

Une autre petite histoire du même géobiologue : 

"J'ai placé un jour dans un jardin une pierre levée pour dynamiser un lieux d'habitation pour un dame malade, âgée mais faible physiquement. Du coup une semaine après elle vient me voir avec son mari et me dit :

- 'Maintenant j'ai mal au dos.'

- 'Alors qu'est ce qui vous est arrivé', lui dis je?

- 'Hé bien on a danser ce week-end dans un bal  et jusqu’à tard , et depuis j'ai mal au dos, cela faisait bien longtemps que cela ne nous était pas arrivé de danser comme des jeunes.'

J'ai su plus tard que son mari diabétique avait divisé ses médicaments par deux depuis la pose de cette pierre.

Ce sont de belle histoire , et c'est aussi là que l'on voit que cela agit autant sur le mental que sur le physIque." 

 SCIENCE PROFANE ET SCIENCE INITIATIQUE : L'UNIVERS EST UN-TOUT

http://dodecalogieappliquee.wifeo.com

http://nombres-premiers-et-symphonie.wifep.com

 

15 octobre 2017

Lauriane Firoben, une potière qui maîtrise les arts du FEU...

Lauriane Firoben est une pasionnée des Arts du Feu 

L'Alchimie de la Terre et du Feu, les oeuvres en terre cuite de Lauriane, potière 

Le Feu des poteries de Lauriane Firoben s'expose à Melun: "Festival céramique en Seine", les 14 et15 septembre 2013

Lauriane Firoben

Elle nous écrit :

"Entre derniers éclats de l'été et premières brumes de l'automne, mes sculptures dernières nées s'exposent à la galerie Artes, près de Troyes, dans ce bel espace dédié aux arts du feu, en compagnie des peintures sur métal de Laurence Winter.

 La promesse d'un dialogue vibrant... N'hésitez pas à transmettre à vos connaissances voyageuses.

 Galerie Artes

13 octobre - 18 novembre 2017

3 rue Pasteur - 10150 Pont-Sainte-Marie

Du jeudi au samedi : 15h -19h

Sur rendez-vous : 06 77 20 45 34

 Vous êtes chaleureusement conviés au vernissage vendredi 13 octobre à partir de 19h

Et parce que je mets le plus précieux de ce que j'ai à partager dans mes céramiques du quotidien comme dans mes sculptures, les résidents de l'est trouveront désormais en permanence mes bols, boîtes et théières dans le havre de paix de la maison de thé Les Thés de Bernie, à Belfort, au milieu d'une sélection de thés de grande qualité. Une maison de passion animée par l'enthousiaste et fin connaisseur Bernie, à découvrir par exemple les samedi 21 et dimanche 22 octobre, à l'occasion du 5e anniversaire du lieu, pour lequel Bernie a concocté un délicieux programme autour de la culture et de l'art du thé (rencontres, dégustations, céramiques, bols chantants : programme en pièce jointe).

Les Thés de Bernie

33 faubourg des Ancêtres - 90000 Belfort

Les Thés de Bernie_programme anniversaire[2]

 

Au plaisir de vous revoir, dans les envoûtantes lumières de l'automne. Bien cordialement,  

Lauriane"

- Emaux de Marie-Claire Bria-Pia 

- Alberto Von Fach 

- Karom Thomasson et ses sculptures végétales